• Institut National de la Recherche Biomédicale
  • info@inrb.net
L’oxygène sauve des vies

Vote utilisateur: 1 / 5

Etoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Après avoir visité quatre centres de traitement Covid-19 dans la ville province de Kinshasa, suite à la montée des nouveaux cas confirmés enregistrés dans le pays, le Coordonnateur du Secrétariat Technique de la Riposte Covid-19, le Professeur Jean-Jacques Muyembe plaide pour que l’oxygène soit distribué dans tous les centres de traitement en faveur des patients hospitalisés qui développent de plus en plus la forme sévère de la Covid-19 en RDC.

Selon le constat fait par l’équipe de la riposte contre la Covid-19 en RDC ce vendredi 4 décembre lors de sa visite aux Cliniques Universitaires de Kinshasa, au Centre Hospitalier Monkole, à l’Hôpital du Cinquantenaire et à l’Hôpital Saint Joseph, le nombre des malades Covid-19 internés dans les hôpitaux actuellement dépasse largement ceux enregistrés à la fin de la première vague de cette maladie dans le pays et sur terrain il se pose un sérieux problème de manque d’oxygène dans les hôpitaux.

La forme sévère de la Covid-19 développée par les patients au cours de cette deuxième vague nécessite que les hôpitaux soient obligatoirement très bien équipés surtout en ce qui concerne la production de l’oxygène qui est un élément indispensable dans la prise en charge des cas sévères de la Covid 19.

Actuellement, la plus grande usine qui produit l’oxygène dans le pays éprouve des nombreuses difficultés à cause de coupures intempestives d’électricité. Dans le souci d’éviter des cas de décès dans les hôpitaux, le Coordonnateur du Secrétariat Technique de la Riposte Covid-19 en RDC, le Professeur Jean-Jacques Muyembe, plaide pour qu’une solution soit rapidement trouvée en vue de faciliter la production en grande quantité de l’oxygène car le nombre des malades augmente dans les hôpitaux chaque jour et des nombreux patients Covid-19 développent de plus en plus la forme sévère de cette maladie dans le pays.

Un grand merci au Bureau de l’Unicef  à Kinshasa

Vote utilisateur: 1 / 5

Etoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Pour répondre à l’appel du chef de l’Etat au sujet de la mobilisation des fonds pour lutter contre la propagation du Corona virus en RDC, le Bureau de l’Unicef à Kinshasa a remis le 26 Mai 2020, un lot important de fournitures sanitaires et humanitaires au comité multisectoriel de riposte contre la COVID-19. Ce don comprend des kits de réanimation, du matériel chirurgical de base, des canules nasales pour l’administration d’oxygène, de l’hydrocortisone, des antibiotiques, de la vitamine A et des intrants nutritionnels.

Un grand merci au programme santé du Bureau de l'Unicef à Kinshasa qui continue de soutenir les efforts de l'INRB dans le renforcement de sa communication institutionnelle, dans l'approvisionnement en matériels informatiques ainsi que l'installation de la fibre optique pour une connexion internet permanente à haut débit.

Eviter une nouvelle vague de la Covid-19

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le Professeur Jean-Jacques MUYEMBE invite la population et les différents acteurs impliqués dans la riposte contre la Covid-19 à travailler ensemble pour éviter une nouvelle vague de cette pandémie en RDC.

La deuxième vague de la Covid-19 est une véritable menace pour notre pays tout comme elle constitue une cause importante de morbidité actuellement en Europe, en Amérique et en Asie. Et nous comme lors de la première vague, nous avons un retard d’au moins un mois entre ce qui se passe ailleurs et ce qui se passe ici en Afrique, donc nous avons au moins un mois avant cette deuxième vague. Et cette deuxième vague, nous la voyons venir avec beaucoup plus de gravité, nous pensons que la situation sera beaucoup plus grave que lors de la première vague. C’est pour cela que nous devons travailler ensemble. Ce n’est plus un problème du secrétariat technique seulement mais c’est un problème qui concerne toute la nation.
La Trypanosomiase Humaine Africaine demeure un problème majeur de santé publique en RDC

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le Département de Parasitologie de l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) à travers son Laboratoire National de Référence pour la Trypanosomiase Humaine Africaine (LNRTHA) a organisé comme chaque année en collaboration avec le Programme National de Lutte contre la Trypanosomiase Humaine Africaine (PNLTHA) et l’Institut de Médecine Tropicale (IMT) d’Anvers un atelier de formation avec pour objectif la mise à niveau de tous les prestataires qui travaillent dans le domaine de la Trypanosomiase Humaine Africaine (THA) en RDC.

Focalisée sur les techniques de diagnostic de la trypanosomiase humaine africaine (THA), la formation de recyclage des prestataires travaillant dans la THA, qui a duré trois jours, à savoir du 25 au 27 octobre 2020, est un rappel de notions que les prestataires ne doivent pas ignorer pour leur sécurité et celle de leur environnement immédiat. Cette année, elle s’est déroulée en deux étapes. La partie théorique axée sur la sérologie et le diagnostic était suivie de la partie pratique destinée à la visite de différents laboratoires de L’INRB.

Au total 14 participants ont pris part à cette activité, parmi eux des biologistes médicaux et des techniciens des laboratoires médicaux travaillant dans des hôpitaux généraux du PNLTHA venus des provinces endémiques de la THA que sont les provinces de Mai-ndombe, du Kwilu, du Kwango, du Kongo Central, du Maniema, de la Tshopo et le Sud-Ubangi.

Pour le Docteur Pyana Pati, coordonnateur des activités au laboratoire National de référence de THA (LNRTHA), il est très important de former régulièrement les techniciens de laboratoires médicaux et les biologistes médicaux qui manipulent les pathogènes au quotidien pour qu’ils se protègent et qu’ils protègent aussi les autres avec qui ils travaillent. Cette formation de mise à niveau ou de recyclage fait un rappel aux mesures de biosécurité qui concernent tout le monde pour éviter que le virus quitte le laboratoire et se propage ailleurs surtout en ce moment de la pandémie de la Covid 19. Selon le rapport annuel publié par le PNLTHA, la THA demeure un problème majeur de santé publique en RDC, l’année passée 660 personnes ont été infectées par cette maladie dans le pays. Centre collaborateur de l’OMS depuis 2017, le laboratoire national de référence pour la THA de l’INRB appui le PNLTHA dans le diagnostic et l’évaluation du test de dépistage.

Production des antimicrobiens

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives

Le Département de Parasitologie de l’INRB, à travers son unité de production, a augmenté sa production en solution hydro alcoolique depuis le début de l’apparition de la pandémie du coronavirus. Créé en 2003 avec l’appui de l'Institut de Médecine Tropicale Anvers (IMT), l’INRB produit la solution hydro-alcoolique depuis 2004 en respectant les normes recommandées par l’OMS. Dirigée par une équipe composée de 4 techniciennes de laboratoire, l’équipe a été renforcée pour augmenter sa production journalière à cause de la forte demande durant ce temps de la Covid-19.

Toujours dans le souci de lutter éfficacement contre le Coronavirus en RDC, l’unité de production de l’INRB s’est aussi lancée dans la fabrication en très grande quantité de Cojav, qui est une javel destinée à désinfecter les grandes surfaces, telles que les pavements, les portes, les fenêtres. Ce produit vient spécialement d’être fabriqué et mis sur le marché pendant cette période de la crise sanitaire mondiale due à la propagation du Coronavirus.

En plus de la solution hydro alcoolique et du Cojav, cette mini industrie fabrique également la mini colonne qui est un test pour le diagnostic de la maladie du sommeil. Ce test est très sensible pour la détection du parasite de la maladie du sommeil dans le sang et ce laboratoire est le seul à le produire en Afrique Centrale.

Selon Madame India, responsable de cette unité, l'atelier de production de l’INRB fait actuellement face à un problème de pénurie des matières premières nécessaires à la composition de la solution hydro alcoolique et au Cojav. Les difficultés rencontrées par cette unité sont liées à des nombreuses ruptures de stocks d’alcool pur et de flacons en plastique avec des bouchons spray. L’INRB ne possède ni les moyens, ni le matériel pour fabriquer ces intrants.

Elle sollicite l’appui du gouvernement et d’autres partenaires afin de lui permettre d’avoir un accès facile aux différentes matières premières qui entrent en compte dans la fabrication de ces deux produits pour ainsi empêcher que les professionnels de santé et la population en général, ne manquent de solution antibactérienne dont la qualité est contrôlée et certifiée par l’INRB.

L’INRB a été inauguré le 08 décembre 1984 par le Président François Mittérand et le Premier Commissaire d’Etat Kengo wa Dondo. Il est donc le fruit de la coopération franco-congolaise. Il est pour nous le symbole de durabilité d’un projet de coopération qui, après le départ des coopérants, connait un rayonnement national et international.

Contactez nous

  •  

    Av. De la Démocratie N°5345,
    (Ex Av. Des huileries), Kinshasa - Gombe.

  •  
     
  •  

    info@inrb.net

  •  

    Lundi - Vendredi   : 07:30 – 16:00
    Samedi                  : 07:30 – 12:00